Archives de Catégorie: compte rendu

dans cette catégorie vous retrouverez des comptes rendues de velorution.

Vélorution 18 Juin, les quatre incarcéré au CRA sont libres !

Les jeunes Italiens, incarcérés au Centre de Rétention Administratif (C.R.A.) de Nice, sont libres !

Hier matin, ils ont gagné devant le Juge des Libertés et de la Détention, et l’après-midi au Tribunal Administratif, en présence de Francois-Xavier Lauch, directeur du cabinet du Préfet (le plaignant, reparti sans attendre le jugement). Ils ont été libérés. Merci à Maitre Lestrade (au JLD) et Maitre Oloumi (au TA) pour leurs excellentes plaidoiries !

Il y avait un grand nombre de policiers pour nous accueillir.

par Teresa

Voir aussi :

Photo (c) Aurélie_Selvi / 24 juin 2016 – Deux des quatre Italiens s’accrochent aux barreaux de leur cellule du Centre de rétention administrative de Nice, en marge d’une manifestation de soutien organisée dans la rue.


Témoignage des 4 jeunes écris lors de leur détention.

DU CENTRE DE DÉTENTION DE NICE

L’été dernier, pendant que les migrants et leurs soutiens résistaient sur les rochers de la frontière franco- italienne, à Vievola, à l’extrémité nord de la vallée de la Roya, un rassemblement d’habitants luttait contre le doublement du tunnel du col de Tende et le trafic de camions qui en résulte. Nos parcours respectifs semblaient lointains, mais déjà se dessinait un lien commun. Nous nous sommes rencontrés sur la côte comme dans la montagne et nous avons senti qu’ échanger était important et nécessaire. Puis au mois de septembre le rassemblement de Vievola comme celui des Balzi Rossi a été expulsé. Pour les solidaires, les vallées au dessus de Vintimille sont devenues des refuges naturels. De là, la lutte contre la frontière est repartie, et ce sont ces vallées qui ont reçu les si nombreuses interdictions de séjour venant de la préfecture de police d’Imperia. Dans la vallée de la Roya, la construction du tunnel de Tende s’est poursuivie, et à ce triste scénario se sont ajoutés les migrants, qui quotidiennement, avec courage et détermination, traversent ce territoire en direction de Paris, Calais, l’Angleterre …
Nous avons donc senti le besoin de nous rencontrer plus régulièrement, et de cette situation est née une nouvelle histoire.

La manifestation du samedi 18juin a donc été caractérisée par la rencontre entre les luttes contre la destruction du territoire et celles contre les frontières et déportations. Les forces de l’ordre italiennes nous ont interdit de continuer vers Vintimille et Menton, où le cortège de vélos aurait dû arriver. Elles devaient empêcher les manifestants de rencontrer les migrants bloqués et déportés à la frontière franco italienne. Il s’en est suivi une assemblée spontanée qui a décidé de continuer la mobilisation en occupant le bâtiment de l’ancienne douane française, proche du vallon frontalier de Fanghetto. Italien/nes et français(es) ensemble, nous avons dépassé les frontières territoriales, linguistiques et culturelles qui encore nous divisaient et avons transformé un lieu de contrôle et de séparation entre les peuples en un espace libéré. Une éclaircie dans les ténèbres du présent dans laquelle nous avons donné vie et force aux luttes à venir.

L’expérience a duré jusqu’à jeudi matin quand les forces de la gendarmerie ont donné l’assaut. Il a été notifié aux cinq italiens présents un décret d’expulsion d’un an du territoire français. Au lieu d’être raccompagnés à la frontière, comme il est advenu pour Giulia (non retenue parce qu’il n’existe pas de quartier pour femmes au CRA de Nice), nous avons subi un transfert au centre de détention administratif de Nice.

Entre nous, le moral est bon, surtout après le rassemblement participatif qui s’est tenu vendredi sous les murs du centre. Nous refusons fermement les étiquettes que voudraient nous coller la presse et la préfecture, parce que nous savons bien comment ces organes tendent à limiter, diviser et réprimer.
Le croisement des parcours dans ce territoire de frontière dessine de nouvelles géographies et nous sommes fiers de faire partie de cette communauté en lutte. Nous remercions chaque personne qui, en Italie comme en France, a manifesté de la solidarité avec nous et avec chaque migrant(e) déporté(e) ou détenu(e) en Europe.

Pour un monde sans prisons ni autorités ni frontières, ni camions, autogestion !

Andrea, Rafael, Vincenzo, Arturo

Publicités

Vélorution 18 Juin 2016 : Convergence des luttes, solidarité et répression à la frontière franco-italienne.

Dans la vallée de la Roya, samedi 18 juin 2016, environ 80 personnes, Français et Italiens, ont participé à une vélorution pour protester contre la politique européenne des frontières, contre la répression des réfugiés et des personnes solidaires, contre la déportation des migrants, contre le percement du deuxième tunnel de Tende qui fera de cette vallée préservée un couloir international de poids lourds de marchandises inutiles, contre la casse des services publics et l’abandon des lignes de train Nice-Tende-Cuneo-Vintimille. Différentes luttes qui convergent toutes sur ce territoire frontalier.

Pendant plus de cinq heures, elles ont été bloquées par plusieurs corps de police italienne au niveau de l’ancienne frontière, à Breil-sur-Roya. Elles ont trouvé refuge dans l’ancien poste-frontière français, tombé dans le domaine public (désaffecté depuis une vingtaine d’années et qui n’avait plus de porte). Elles ont nettoyé et investi le lieu (sans effraction ni violence) et l’ont habité pour en faire un lieu d’accueil, d’échange, de partage et d’information.

Le 23 juin, après plus de 108 heures d’occupation, elles ont été délogées par 45 gardes mobiles. Si tous les Français ont été relâchés dans la matinée, la justice s’acharne depuis sur cinq Italiens. Après avoir été retenus à la Police aux frontières (PAF) de Menton pendant dix heures, quatre d’entre eux ont été placés au Centre de rétention administrative (CRA) de Nice, où sont d’ordinaire enfermés les sans-papiers, tandis que la cinquième a été expulsée immédiatement, faute de centre prévu pour les femmes. Leur rétention durera les cinq jours maximum prévus pour les ressortissants européens. Ils risquent un an d’interdiction du territoire français. Le procès sera instruit par le Tribunal administratif de Nice le mardi 28 juin.

Appel à mobilisation contre les privations de liberté de circuler pour les personnes, contre la violation du droit au logement, contre les Centres de rétention administrative et contre les grands projets inutiles imposés !

Liberté pour tous, avec ou sans papiers !

Contre la dévastation des territoires et pour la résistance au racisme des frontières !

Rendez-vous dimanche 26 juin à 18h30 devant le Centre de rétention administrative (CRA) de Nice – Caserne d’Auvare – 28 rue Roquebillière, quartier Saint Roch.

Lire également :

(source : SAUVONS LA ROYA !)

Report Critical Mass – Samedi 18 juin

La vélorution pour la libre circulation des personnes, s’est retrouvé bloquée par les carabinieri et la police italienne au niveau de la frontière France/Italie à Olivetta San Michele.

photo riviera24.it

La manifestation à été, quelques heures plus tôt, interdite par les préfectures des Alpes-Maritimes (fr) et d’Imperia (it).

(riviera24.it – 1 , 2)

Suite Report Vélorution du 18 juin / 20.06.2016:
(texte et photos de Véronique S.)

La frontière rétablie dans la Roya pour bloquer un rassemblement à vélo (Vélorution) entre Breil-sur-Roya et Menton.

Une manifestation que le collectif de riverains de la Roya, « Sauvons la Roya », associé au collectif des « No borders », avait organisé ce samedi

La police italienne bloque totalement la frontière franco-italienne dans la Roya aux manifestants de « Roya debout » et le collectif de sauvegarde ferroviaire Nice-Cuneo, mais aussi à toute circulation.

Ce rassemblement avait pour but de dénoncer, une nouvelle fois, la future augmentation du trafic routier de marchandises par camions dans la vallée. Une crainte liée au futur doublement du tunnel de Tende actuellement en travaux.

Ces deux collectifs dénonçaient également « le manque d’humanité » par rapport au problème des migrants.

 

vélorution Nice Mars 2015 – Tram2

Tram2EnPiste-webSympathique, bigarrées, rencontreuse et papillonnesque sont les adjectifs qui pourraient multi-définir le mieux la vélorution du 14 Mars 2015.

Ah oui, également, humidifiante…. et cela imagine-t’on nous portas 3/4 de préjudices, portant le nombre de vélorutionnaires près à vélorutionner à une trentaine.

RAPPEL : La loi LAURE ou loi sur l’air (intégré au PDU/SRU), et notamment son article 20 qui oblige la création de dispositifs vélos (stationnement compris) lors de travaux de voiries! À l’occasion des réalisations ou des rénovations des voies urbaines (à l’exception des autoroutes et voies rapides) doivent être mis au point des itinéraires cyclables pourvus d’aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants, en fonction des besoins et contraintes de la circulation. L’aménagement de ces itinéraires cyclables doit tenir compte des orientations du plan de déplacements urbains, lorsqu’il existe.

Le texte existe, et il y a jurisprudence dessus, à savoir que des assos ont gagné des procès contre certaines municipalités, notamment à Lyon.

pistofilogarés ? sifflodéplacés !

Le long du trajet, quelques affiches ont été déposées, quelques voitures pistofilogarés ont été sifflodéplacés, quelques 4×4/taxi se sont impatientés de ne pouvoir écraser (le champignon) en toute tranquillité … et aussi de nombreux encouragements de la part de passants, habitants et d’autres usagers de la route (voitures / bus)  !

Vélorution & Paris-Nice, « la même chose, pas dans le même sens »

Notre message est également parvenu jusqu’au coeur du cyclisme. Oui, le Paris-Nice était présent ce jour pour nous admirer & acclamer…. Nous leur avons cependant signifié que « nous faisons la même chose, mais pas dans le même sens » … (c’est quand même monstrueux le nombre de véhicules à moteur dont ils ont besoin pour faire du vélo !?!)

Lire la suite

vélorution Nice Février 2015 – Prépa Tram2

Une vélorution au pas de course,
3 au départ, 5 à l’arrivée,
4h30 de balade repérage,
300 000 flyers distribués (pour le 14 Mars 2015),
489 magasins de cycle niçois engagés,2427 kilomètres parcourus,

du lourd quoi!

14fevrier

Un pdf vient d’arriver dans la boite aux lettres de ici (merci bicycletta!)…
———–
Collection Expertise Française le développement des modes actifs
Le véLo – avril 2014 – Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/14036_collectionECF_velo_web_3_avril_14.pdf
————-
et hop en lisant en diagonale …

Page 6
///////////////////////////////////////////////
les acteurs français visent à déployer un réseau cyclable toujours plus étendu. Pour favoriser son essor, le vélo, notamment en milieu urbain, doit être traité sur le même plan que les modes motorisés et même, dans certains cas, être prioritaire.

À l’occasion des réalisations ou des rénovations de voies urbaines  (construction de réseaux de tramways par exemple), des itinéraires cyclables doivent être mis au  point. C’est une obligation légale, instituée dès 1996 (article l228.2 du code de  l’environnement).
////////////////////////////////////////////////

Mais sinon, faut pas être obtus … de la rénovation et entretien de  l’existant, un vrai plan cyclable fait par des gens qui roulent a vélo ! désenclavement des quartiers périphériques (Ariane/Les moulins pour  ne citer qu’eux), interconnexion de l’existant, mettre fin à la méthode « un coup de peinture fait la piste », des aménagements vélos (stationnements / distributeur de kit rustines?), consulter les asso » et acteurs de cycles, sensibilisation des pilotes de voitures envers le déplacement pédalomotorisé (gare pas ta caisse là!)…. ya pas que les pistes dans la vie d’un cycliste urbain….

Ya le plein, donc de pistes, que la ville métropole pourrait mettre en oeuvre pour « montrer » son intérêt, son engagement, sa participation, son sérieux, bref, son dévouement désintéressé… . dans la chose à pédalles.

En plus…. elle est obligée de le faire…. alors autant le faire bien !

Viva!

vélorution Nice Mai 2013 – A l’allure des escargots

Temps de pluie oui, temps de velorution aussi.

5 personnes dont trois vélos au point de rdv.
Il y avait de la motiv’ poutraison dire.

A l’allure des escargots …nous partons, et sans ralentir, il aura fallut au moins 15 minutes pour traverser la moitié de la place garibaldi et faire 30 metres.

Deux heures plus tard, toujours a la même allure d’escargot….
C’est sympa, ca permet une analyse attentive des équipements cyclables, panneaux, pistes, stationnements….et ce des errements.

Le chemin des « nouvelles pistes » cote itinéraire « bis Nice nord », vers palmeyra, on croiseras uniquement trois autres cyclistes sur leurs chemins respectifs. Ceci dans une faible circulation automobiles mais parfois de vive allure et des plus nerveux aussi (klaxon, patinage…)

Quelques photos de la balade…

Lire la suite

vélorution Nice Septembre 2012 – ParkingDay

Une vélorution un peu particulière aujourd’hui ….
une vélorution statique!

(mis à jour 14/10, photos)

« M’sieur l’agent, dites-moi : si je paye ma place de parking mais que je n’y met rien – ni voiture, ni rien d’autre – serai-je verbalisé ? »
– « Oui, bien sûr », répondit l’homme en uniforme.
– …

Non, vous n’êtes pas au troisième sous-sol, ni entré-e dans la quatrième dimension ; encore moins au septième ciel.
Vous participez au Parking Day dans la cinquième ville de France, Nice.

Flashback. [et non pas ‘flashball’].

parkingday2012.nice-01 vue par mathieu

Samedi 22 septembre, une douzaine de personnes vélocyclées guettent les voitures quittant leur place de parking, rue Vernier. Sitôt vide, sitôt prise – quatre stands s’installent dans une géométrie, disons… clairsemée. On y trouve un atelier interactif de cartographie avec les points noirs cyclables en ville, un espace enfant, un musée de la vélorution, un atelier corde à sauter, une petite bibliothèque de quartier doublée d’un espace détente, et puis il y a « la Boîte« , espace d’expression libre face caméra…

parkingday2012.nice-02 vue par mathieuTout ce petit monde acquitte gentiment sa redevance de stationnement auprès de l’horodateur local qui a l’air de bon poil bien qu’affamé. Une fois les tickets collés sur nos structures non polluantes, nous commençons à voir arriver les curieux. Il y a la queue devant « la Boîte », les gens viennent signaler le manque de bancs dans les rues, une dame nous fait découvrir et goûter une curieuse plante sucrée (la stévia) qu’elle vient d’acheter. Quelques retraités nous avouent que jamais de leur vie ils n’ont eu de voiture. Quant aux automobilistes en mal de parking, ils et elles tournent et sourient en passant devant nous… Quant au commerçant d’en face, il nous invite à prendre le café à volonté dans son magasin après une petite séance photo.

Bref, on est là depuis 10h du matin, il est autour de 15h et on ne s’est vraiment pas ennuyé-e-s. Mais bon, on songe quand même à rentrer.

C’est le moment dramatique où intervient la Brigade de l’Environnement. C’est un peu la même chose que les Brigades du Tigre de feu Clémenceau, mais élevés en plein air. Les deux agents (un garçon, une fille) sont en tenue de police municipale, gilet pare-balle inclus, sans doute crotte-de-pigeon-proof. Les Bonnot que nous sommes n’ont qu’à bien se tenir.

parkingday2012.nice-03 vue par mathieu

Nous apprenons donc que nous devons décrocher immédiatement les dessins d’enfants et les petits messages sur des feuilles A4 tenus par une maigre ficelle attachée aux arbres : il faut respecter le monde végétal protégé par la loi Environnement. Nous avons également enfreint la loi en dessinant par terre des vélos (de 40cm sur 30) à la craie : tagage de bitume avec préméditation. D’autant que des enfants y ont aussi dessiné des fleurs ! On peut avoir une amende pour ça.

Nous discutons courtoisement avec les deux agents, et réciproquement, pour apprendre que nous avons été dénoncés (!) et surtout que même si nous avons acquitté un paiement, nous avons détourné 4 places de parking de leur utilité première : y mettre une voiture. Nous les informons qu’il s’agit d’une journée mondiale parking day « oui mais, vous deviez pas être à st roch? », et qu’il n’y a qu’à Nice où ce type de problème peut surgir, rien n’y fait : une personne par stand doit fournir une pièce d’identité… toutefois, nous n’aurons pas d’amende, juste un avertissement.

parkingday2012.nice-04 vue par mathieu

Bref, il y a des motos stationnées plein les trottoirs, une voiture garée en plein sur un passage piéton depuis 4h, mais nous sommes les fauteurs de trouble environnemental, l’insécurité en herbe… Les deux agents finissent par regagner leur véhicule motorisé, et s’arrêtent interloqués devant un petit tas de sacs poubelles posés directement sur le trottoir par des riverains. Enfilage de gants… et hop ! FBI Côte d’Azur ! Evisceration de tous les sacs pour y trouver les empreintes des coupables.

La voiture de police s’en va. Les sacs éventrés, laissés pour morts là où ils gisaient, commencent à répandre une sale odeur de gobi pourri. On plie tout pour partir. Les habitants du quartier n’ont pas cette chance.

Mais on préfère retenir tout le reste ! A l’année prochaine pour un Parking Day plus grand, encore plus beau, toujours plus vert !

Hasta la vélorution, siempre !