Archives de Catégorie: global

dans cette catégorie, les infos concernant les collectifs Vélorution! et CriticalMass

Vélorution 18 Juin, les quatre incarcéré au CRA sont libres !

Les jeunes Italiens, incarcérés au Centre de Rétention Administratif (C.R.A.) de Nice, sont libres !

Hier matin, ils ont gagné devant le Juge des Libertés et de la Détention, et l’après-midi au Tribunal Administratif, en présence de Francois-Xavier Lauch, directeur du cabinet du Préfet (le plaignant, reparti sans attendre le jugement). Ils ont été libérés. Merci à Maitre Lestrade (au JLD) et Maitre Oloumi (au TA) pour leurs excellentes plaidoiries !

Il y avait un grand nombre de policiers pour nous accueillir.

par Teresa

Voir aussi :

Photo (c) Aurélie_Selvi / 24 juin 2016 – Deux des quatre Italiens s’accrochent aux barreaux de leur cellule du Centre de rétention administrative de Nice, en marge d’une manifestation de soutien organisée dans la rue.


Témoignage des 4 jeunes écris lors de leur détention.

DU CENTRE DE DÉTENTION DE NICE

L’été dernier, pendant que les migrants et leurs soutiens résistaient sur les rochers de la frontière franco- italienne, à Vievola, à l’extrémité nord de la vallée de la Roya, un rassemblement d’habitants luttait contre le doublement du tunnel du col de Tende et le trafic de camions qui en résulte. Nos parcours respectifs semblaient lointains, mais déjà se dessinait un lien commun. Nous nous sommes rencontrés sur la côte comme dans la montagne et nous avons senti qu’ échanger était important et nécessaire. Puis au mois de septembre le rassemblement de Vievola comme celui des Balzi Rossi a été expulsé. Pour les solidaires, les vallées au dessus de Vintimille sont devenues des refuges naturels. De là, la lutte contre la frontière est repartie, et ce sont ces vallées qui ont reçu les si nombreuses interdictions de séjour venant de la préfecture de police d’Imperia. Dans la vallée de la Roya, la construction du tunnel de Tende s’est poursuivie, et à ce triste scénario se sont ajoutés les migrants, qui quotidiennement, avec courage et détermination, traversent ce territoire en direction de Paris, Calais, l’Angleterre …
Nous avons donc senti le besoin de nous rencontrer plus régulièrement, et de cette situation est née une nouvelle histoire.

La manifestation du samedi 18juin a donc été caractérisée par la rencontre entre les luttes contre la destruction du territoire et celles contre les frontières et déportations. Les forces de l’ordre italiennes nous ont interdit de continuer vers Vintimille et Menton, où le cortège de vélos aurait dû arriver. Elles devaient empêcher les manifestants de rencontrer les migrants bloqués et déportés à la frontière franco italienne. Il s’en est suivi une assemblée spontanée qui a décidé de continuer la mobilisation en occupant le bâtiment de l’ancienne douane française, proche du vallon frontalier de Fanghetto. Italien/nes et français(es) ensemble, nous avons dépassé les frontières territoriales, linguistiques et culturelles qui encore nous divisaient et avons transformé un lieu de contrôle et de séparation entre les peuples en un espace libéré. Une éclaircie dans les ténèbres du présent dans laquelle nous avons donné vie et force aux luttes à venir.

L’expérience a duré jusqu’à jeudi matin quand les forces de la gendarmerie ont donné l’assaut. Il a été notifié aux cinq italiens présents un décret d’expulsion d’un an du territoire français. Au lieu d’être raccompagnés à la frontière, comme il est advenu pour Giulia (non retenue parce qu’il n’existe pas de quartier pour femmes au CRA de Nice), nous avons subi un transfert au centre de détention administratif de Nice.

Entre nous, le moral est bon, surtout après le rassemblement participatif qui s’est tenu vendredi sous les murs du centre. Nous refusons fermement les étiquettes que voudraient nous coller la presse et la préfecture, parce que nous savons bien comment ces organes tendent à limiter, diviser et réprimer.
Le croisement des parcours dans ce territoire de frontière dessine de nouvelles géographies et nous sommes fiers de faire partie de cette communauté en lutte. Nous remercions chaque personne qui, en Italie comme en France, a manifesté de la solidarité avec nous et avec chaque migrant(e) déporté(e) ou détenu(e) en Europe.

Pour un monde sans prisons ni autorités ni frontières, ni camions, autogestion !

Andrea, Rafael, Vincenzo, Arturo

Vélorution 18 Juin 2016 : Convergence des luttes, solidarité et répression à la frontière franco-italienne.

Dans la vallée de la Roya, samedi 18 juin 2016, environ 80 personnes, Français et Italiens, ont participé à une vélorution pour protester contre la politique européenne des frontières, contre la répression des réfugiés et des personnes solidaires, contre la déportation des migrants, contre le percement du deuxième tunnel de Tende qui fera de cette vallée préservée un couloir international de poids lourds de marchandises inutiles, contre la casse des services publics et l’abandon des lignes de train Nice-Tende-Cuneo-Vintimille. Différentes luttes qui convergent toutes sur ce territoire frontalier.

Pendant plus de cinq heures, elles ont été bloquées par plusieurs corps de police italienne au niveau de l’ancienne frontière, à Breil-sur-Roya. Elles ont trouvé refuge dans l’ancien poste-frontière français, tombé dans le domaine public (désaffecté depuis une vingtaine d’années et qui n’avait plus de porte). Elles ont nettoyé et investi le lieu (sans effraction ni violence) et l’ont habité pour en faire un lieu d’accueil, d’échange, de partage et d’information.

Le 23 juin, après plus de 108 heures d’occupation, elles ont été délogées par 45 gardes mobiles. Si tous les Français ont été relâchés dans la matinée, la justice s’acharne depuis sur cinq Italiens. Après avoir été retenus à la Police aux frontières (PAF) de Menton pendant dix heures, quatre d’entre eux ont été placés au Centre de rétention administrative (CRA) de Nice, où sont d’ordinaire enfermés les sans-papiers, tandis que la cinquième a été expulsée immédiatement, faute de centre prévu pour les femmes. Leur rétention durera les cinq jours maximum prévus pour les ressortissants européens. Ils risquent un an d’interdiction du territoire français. Le procès sera instruit par le Tribunal administratif de Nice le mardi 28 juin.

Appel à mobilisation contre les privations de liberté de circuler pour les personnes, contre la violation du droit au logement, contre les Centres de rétention administrative et contre les grands projets inutiles imposés !

Liberté pour tous, avec ou sans papiers !

Contre la dévastation des territoires et pour la résistance au racisme des frontières !

Rendez-vous dimanche 26 juin à 18h30 devant le Centre de rétention administrative (CRA) de Nice – Caserne d’Auvare – 28 rue Roquebillière, quartier Saint Roch.

Lire également :

(source : SAUVONS LA ROYA !)

Motherfucking Bike(lane)

Le vélo, est ce vraiment bon pour la santé mental et physique ?

Des indices de réponses sont certainement contenus dans les court métrages suivants.

Vélorution Universelle 2013 / Critical Mass’ilia

Vélorution Universelle 2013 à Marseille

Vélorution Universelle en juillet 2013 à Marseille

Les 4, 5, 6 et 7 juillet 2013 venez à la Capitale Européenne de la Culture rebaptisée Capitale Européenne de la Voiture pour la vélorution universelle 2013, événement annuel national invitant tous les vélorutionnaires de France et surtout d’ailleurs.

4 jours de festivités autour du vélo dans la ville la plus ancienne, la plus vaste et la plus ensoleillée de France à la confluence de l’Italie, de la France et de l’Espagne.

Parce qu’ici, plus que partout ailleurs la voiture est encore reine… Parce qu’ici, la petite reine n’a pas encore la place qu’elle mérite…

Informations techniques

Privilégiez un hébergement via vos amis, warmshower, couchsurfing. On trouvera peut être au dernier moment un petit coin sympa pour tous. De plus, à Marseille un nombre incalculable de plages n’attendent que vos serviettes pour faire la sieste ou plus. Enfin, nous sommes en partenariat avec le Yes, We Camp ! pour vous offrir un hébergement en camping.
Pour se rendre à Marseille, plusieurs convergences de vélo s’organisent déjà. Paris, Nancy, Grenoble, Toulouse, Poitiers et Tours (San Francisco et sans doute d’autres pays) sont déjà dans les starting-blocks.

Contactez-nous ou rendez-vous sur la future page correspondante sur le site pour en savoir plus et recueillir les contacts des différents convois. Vous pouvez aussi vous abonner à cette liste,  en envoyant un message à sympa @ ml.velorution.org avec seulement pour objet : « subscribe voyagemarseille2013 »
Le manifeste en pièce jointe

Vous trouverez tout le matériel visuel sur le site web, y compris les flyers que nous vous invitons à imprimer.

Vélorution Universelle 2013 / Critical Mass’ilia

StooPid Tall Bike

Si vous avez jamais vue de TallBike, la video qui suit est une très bonne entrée en matière !

STOOPIDTALL – CICLAVIA 2013 – LA BIKE CULT

Histoire sans freins

Remy masséglia « pur produit de la montagne élevé à coups de pompe à vélo et nourri aux grains » est aussi capteur & metteur en boite de belles images. Avec quelques complices, autres vélonautes et Lez’Art TV, il a réalisé quelques « courts métrages humoristiques et complètement décalés pour promouvoir les évènements de la région ».

Histoire sans Freins

Le stationnement des vélos

En qualité d’habitants, d’usagers, de clients, de salariés, de fonctionnaires, d’enfants… lorsque je gare mon vélo chez moi, devant un service public ou un commerce, sur mon lieu de travail ou d’étude…

La sérénité des déplacements à bicyclette passe par le stationnement vélo!!

Mais où se garer ? si ce n’est de façon anarchique sur les poteaux voire aux arbres, ou dans les recoins laissés par les motos et scooters…
Stationnement Bicy à Nice devant Mamac - Sept 2010

Stationnement Bicy à Nice devant Mamac – Sept 2010

D’un certain point de vue, l’offre de stationnement vélo sur le territoire local peu sembler attractive « Au total, selon la mairie de Nice, le réseau comptera 175 stations, 3 100 bornes d’accrochage et 1 750 vélo » (cite in velobleu at wikipedia), … mais cela concerne le service commercial de vélos en libre service qui, lui, propose 2 fois plus de bornes d’accrochage que de vélos.
La Fédération des Usagers de la Bicyclette (F.U.B.) ainsi que l’Association Droit au vélo (A.D.A.V.) recommandent l’installation des dispositifs de stationnement qui soit :
proches de l’entrée ou de la sortie sous le regard du personnel ou des clients, accessibles facilement avec vos “caddies” ;
qui permettent d’attacher les vélos par le cadre et non par la roue à un point fixe avec un cadenas en U (sécurité contre le vol).
qui maintiennent convenablement le vélo afin de charger les achats dans les sacoches des vélos en sécurité et d’éviter de voiler  les roues.
Avec un tel parking vélo, le cycliste peut transporter 20 kg de course dans deux bonnes sacoches sans risque de vol ou de dégradation de  son vélo (voir même 30 kg avec une remorque vélo-kady).
Par exemple, sur les 10 m2 d’une place de stationnement voiture, on peut facilement installer 4 arceaux pour le stationnement des vélos et donc permettre à 8 bicyclettes de se garer (et même jusqu’à 10).
Stationnement florilege - source des images adav.

Stationnement florilège – source des images « Guide du stationnement des vélos » 2009.

« Le guide du stationnement des  vélos », un document édité par l’ADAV peut aider à réaliser un diagnostic et faire le bon choix. Vous pouvez le télécharger ici.
autres infos :
  • Un cycliste de Douai a réalisé un page informative sur le stationnement.
  • A Toulon, le collectif La Masse Critique, a fait la demande et obtenue l’emplacement des caméras de la ville par le service voirie de la ville « Ces renseignements seront très précieux pour les cyclistes qui hésitaient  jusqu’à présent a abandonner ne serait-ce que quelques minutes leur très fidèle coursier« .
  • Stationnement payant pour les vélos à Lyon : « D’une part, ces nouvelles places de stationnement sécurisé pour vélos seront payantes. Mais surtout cette création implique le démantèlement de 400 places à vélo préexistantes, qui, elles, étaient non payantes. »